Quelques jours avant son concert au musée de l’Orangerie autour de l’exposition collection Ishibashi, Aya Okuyama nous offre en avant première un programme où se mêlent musique populaire et traditionnelle japonaise, jusqu’aux compositeurs les plus contemporains influencés par la musique française du début du XXe siècle.

Ce recital est constitué de styles variés jouant sur l’effet miroir des compositeurs japonais célèbres (Takemitsu, Yamada, Nakata ) et français ayant été influencés et/ou ayant entretenus des liens forts avec le Japon au cours du XXème siècle (Saint-Saëns, Debussy, Mariotte). Insatiable courant du « japonisme » qui puise son charme dans la source poétique minimaliste du « haïku » (Gagneux).

PROGRAMME

Aya Okuyama, née au Japon en 1973, commence le piano à l’âge de trois ans et demi à Tokyo avant de poursuivre ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans les classes de Brigitte Engerer, Michel Béroff et Pierre-Laurent Aimard pour la musique de chambre.

LIRE LA SUITE